Maison de l'information sur la formation et l'emploi

Les Maisons de l'information sur la formation et l'emploi sont, en France, des structures locales assurant l'orientation de publics en recherche d'une insertion dans l'emploi ou d'une évolution professionnelle.



Catégories :

Association ou organisme français lié au monde du travail - Organisme français lié à la création ou à la reprise d'entreprises - Formation des adultes - Outil de gestion des ressources humaines - Gestion des ressources humaines

Les Maisons de l'information sur la formation et l'emploi (MIFE) sont , en France, des structures locales assurant l'orientation de publics en recherche d'une insertion dans l'emploi ou d'une évolution professionnelle.

Un système expérimental d'orientation

Créées en référence aux travaux d'Évelyne Sullerot, Bernard Jouvin, Jean-Paul Murcier, Bertrand Schwartz, les Maisons de l'information sur la formation et l'emploi (MIFE) sont des structures, constituées le plus souvent sous forme associative (mais quelquefois comme groupement d'intérêt public) employant de 2 à 25 personnes.

L'inspirateur des MIFE est Gaston Paravy, docteur en sciences de l'éducation et membre du conseil économique et social de la région Rhône-Alpes. Il a conduit une recherche-action en orientation et a développé le concept de «guidance professionnelle personnalisée», une aide à l'élaboration et l'accompagnement d'un projet professionnel.

Les MIFE offrent un accueil et un suivi aux personnes en quête d'un emploi, d'une formation ou d'une évolution de sa situation professionnelle. Les chômeurs forment la majorité des usagers, mais les MIFE sont aussi une source importante pour d'autres personnes qui ont quelquefois difficilement accès à des informations adaptées : salariés en situation précaire ou œuvrant dans de très petites entreprises, travailleurs indépendants, saisonniers, etc.

Une charte des MIFE, adoptée en janvier 2000 à Belfort, précise qu'elles «remplissent une mission de service public dans le cadre d'une organisation territoriale (…) enrichie par des pratiques de terrain.»

Les MIFE seront aussi associées à la mise en place, avec le Comité d'information et de mobilisation pour l'emploi, d'un système d'appui à l'émergence d'entrepreneurs, baptisé Balise.

Un réseau inachevé

Les trois premières Maisons de l'information sur la formation (MIF) ont été créées en 1982 à l'initiative conjointe de l'État et de plusieurs collectivités territoriales, surtout les villes de Chambéry (Savoie), Cergy (Val-d'Oise) et Évry (Essonne).

L'association INTERMIF, rassemblant les premières MIF, est fondée en 1988. Elle octroie un label aux structures souhaitant utiliser la méthodologie mise au point dans le réseau. Une circulaire du ministère du travail (DFP du 17/07/1989) sur le «développement de structures locales d'information sur la formation auprès du public final ; prévoit la mise en place d'un réseau national d'une trentaine de MIF. En 1994, à la demande de l'État, les MIF sont mentionnées dans les contrats de plan signés entre l'État et les régions.

Les MIF changent d'appellation en 1998 et deviennent des MIFE (Maisons de l'information sur la formation et l'emploi)  ; le réseau national se rebaptise INTERMIFE. Il y a en 1999 près de 50 MIFE en France, un chiffre qui ne sera pas dépassé ensuite. Le réseau des MIFE est essentiellement implanté en Rhône-Alpes, Pays de la Loire et Bourgogne. On trouve aussi plusieurs MIFE en Basse-Normandie et en Île-de-France. Des établissements isolés existent aussi dans le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie, la Guadeloupe et en Franche-Comté.

Précurseur des maisons de l'emploi

Plusieurs structures, portant le label MIFE, avaient participé à l'expérimentation du concept de maison de l'emploi ; c'est le cas surtout à Belfort (Territoire de Belfort), Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), Saumur (Maine-et-Loire), Cherbourg (Manche), Dunkerque (Nord) ou Auxerre (Yonne).

Après le lancement du plan de cohésion sociale, ces structures obtiendront le label de «maison de l'emploi», en référence aux règles posées par la loi du 19 janvier 2005. Si certaines MIFE restent attachées à leur identité d'origine, surtout en Rhône-Alpes, d'autres s'en éloignent quelque peu, à l'image de la maison de l'emploi d'Auxerre qui se retire du réseau.

Jean-Paul Anciaux, député de Saône-et-Loire, président de la MIFE d'Autun, fut président du réseau Inter-MIFE jusqu'en juin 2005. Il céda sa place après avoir été appelé président du comité national de labellisation des maisons de l'emploi à Gaston Paravy, fondateur du concept. Il avait été précédé comme président du réseau par Jean-Louis Ghiglione, adjoint au maire de Chatenay-Malabry.

Sources

Pour en savoir plus


Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : mife - emploi - maisons - réseau - information - formation - structures - orientation - professionnelle - mif - paris - publics - jean - président - rapport - france - paul - personnes - rhône - alpes -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Maison_de_l%27information_sur_la_formation_et_l%27emploi.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 28/10/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu